UA : Atomiser l'Université jusqu'à pouvoir la contrôler

Le couple infernal [C. Mencé-Caster et R. Confiant] à l’origine de l’éclatement de l’UAG en 2014 ne cache plus son projet séparatiste voir indépendantiste. En 48 h deux opérations ont été menées.

 

1- Le 18 avril, à l’occasion de sa visite mensuelle organisée par Confiant pour lui permettre de « garder le contact avec la population martiniquaise » [aux frais de qui ???], CMC a pris pour prétexte la présentation du « Talisman de la Présidente » — qui est d’ailleurs actuellement étudié par les meilleurs psychiatres martiniquais comme cas d’étude [Rachmabab vous livrera très prochainement leurs conclusions] — pour tenter de montrer qu’elle a le soutien du chef indépendantiste AMJ [voir photo]. Malheureusement pour le couple infernal, ces mensonges ne font plus recette et la salle fut désertée comme une voie de TCSP à l’heure de pointe. Pas plus de dix personnes, nous a indiqué notre reporter infiltré, malgré le support des habitués : Cécile Bertin, Bookwoman, Nella, François-Haugrin, Sorel, Balaise, ramassis d’inutiles à la recherche d’une visibilité introuvable. Il se dit que Chaben lui-même pêchait des lambis avec une concentration non feinte, ne prêtant qu’une oreille distraite aux jacassements de vieilles bonnes femmes de Confiant et de ses makokotes sentant le vieux livre déchiré. Ce qui n’empêcha pas ce dernier de publier quelques photographies cadrées bien serrées sur son blog, comme il en l’habitude dès qu’il s’agit de faire croire à un soutien du « peuple martiniquais », des « élus », voir depuis peu des morts [Fanon soutien le collectif étudiant ! Si, si je vous jure]. 

 

 

2- Le 19 avril, le merdia indépendantiste Martinique 1ère se chargera de faire la promotion de leurs visées séparatistes en publiant un énième article mensonger intitulé : « L’Université des Antilles au bord de l’éclatement ? ». De Sainte-Anne à Grand-Rivière toute la Martinique sait que tout cela est aussi faux que les derniers comptes de la CTM : sur 250 enseignants, seul un petit groupe de moins de dix déséquilibrés s’agite en espérant prendre le contrôle d’une « Université de Martinique », si possible avec peu d’étudiants [étudiants = travail = galères]. Puis, toujours dans sa démarche de promotion de la politique séparatiste de ce couple infernal, Martinique 1ère imposera, pour la énième fois, à ses téléspectateurs le visage fatigué de Mencé-Caster dans son journal du soir le samedi 21 avril. Le but est donc de préparer l’opinion publique [les « étrons » dixit Confiant] à ce fantasme du couple infernal, qui permettrait au passage de rapatrier le soldat Corinne, qui déprime dans une petite université parisienne à la hauteur de son insignifiance [Paris 4] depuis maintenant deux ans. À deux reprises déjà Confiant et Bertin ont tenté de la rapatrier, mais la communauté universitaire est jusque là restée vigilante. Le petit troupeau de moutons composé de 10 étudiants [au départ ; aux dernières nouvelles ils ne seraient plus que 3] et de quelques voyous récupérés ici et là dans des quartiers peu recommandables, est conduit à l’abattoir pour se faire tondre par des gardes de la sécurité. Nul besoin de dire que ces paumés ne représentent nullement la Communauté Universitaire. Les Martiniquais le savent, car quand on est de cette communauté, on n’empêche pas à des étudiants d’accéder à leur salle d’examen.

 

À travers ces deux opérations, on voit clairement poindre les deux objectifs complémentaires du couple infernal :

 

Éliminer l’État de droit pour qu’émerge enfin le modèle de société d’AMJ, auquel CMC et Confiant adhèrent, afin de faire régner la haine et la terreur (Je cite Confiant : « ça aurait été dans un autre pays je les aurais buté ces hijos de puta » ;

 

– Et surtout : obtenir l’indépendance du pôle universitaire de Martinique afin de maintenir et d’amplifier le mode de recrutement pratiqué au sein de la Faculté des Lettres dont à bénéficié Confiant (comme disait Brassens : « les copains d’abord… »). 

 

Le tout, « au nom des étudiants »…

 

Et tout cela vite avant que ne reviennent les trois professeurs, écartés pour cette noble cause… 

 

Pour Rachmabab

I.D.