PNRM - UA (Université) : Même combat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par : Agence de Presse du Gros-Morne (APGM)

 

Depuis quelque temps les Institutions martiniquaises se retrouvent avec à leur tête des individus qui confondent « Services publics » et « Intérêts personnels ». Ce qui conduit inéluctablement à un climat délétère et à la destruction des Établissements créés et gérés par et pour les Martiniquais. Ces derniers temps, deux Établissements ont été saccagés par deux individus ayant des ressemblances étonnantes. En effet :

 

1. Les deux destructions sont soutenues par le plus beau décolleté de ravine vilaine, notre BHL national, vous aurez reconnu Raphaël Confiant - dit Montray Kreyolad. Celui là même qui avait flingué l'ESPE, dont il s'est fait virer par ses collègues, puis la Faculté de Lettres durant son petit mandat de doyen. Suffit pour s’en convaincre de jeter un œil à son bavoir, Montray Kreyolad, sur lequel il défend bec et ongle les spécialistes de la démolition contrôlée Boutrin et Mencé-caster ;

 

2. Ils ont tous les deux horreur des Martiniquais compétents. Ce qui les rend jaloux, haineux et destructeurs, comme leur mentor désigné ci-dessus ; 

 

3. Ils utilisent les merdias comme caisse de résonnance, les aidant à diffuser leurs mensonges, diffamations, malveillances et autre délations. En particulier les engraissés de Martinique Première, aidée en cela par deux ou trois blog-torchons gérés par des repris de justice ;

 

4. Les deux sont dépendantistes, séparatistes et obscurantistes. Il n’est pas étonnant que ces deux destructeurs et leur mentor aient pour soutien le dépendantiste et Président de la CTM, Alfred MARIE-JEANNE (l'homme-TCSP). Fonctionnaires du vilain "Etat colonial" qui les nourrit (grassement), quarante-pour-centistes-anti-francistes, cela va sans dire ;

 

5. Ils ont tous les deux pour mission de détruire les Institutions créées et gérées par les Martiniquais, qu’ils détestent. En effet, l’un n’a pas jugé crédible de prêter serment au barreau de Fort-de-France et a donc préféré Paris (ce qui n’empêche pas que son cabinet reste désespérément vide.)… L’autre a pris la fuite dans une petite Université à Paris dès qu’elle a compris qu’elle devra rendre compte de ses bruyants et catastrophiques dérapages et du saccage de l’UAG, aujourd’hui disparue ; 

 

6. Tous les deux ont une soif maladive de pouvoir, aucun talent, et son prêt à tout pour quelques miettes ;

 

7. Ils ont un profond mépris pour le peuple martiniquais qu’ils prennent pour des idiots, voire des étrons comme nous l’a signalé leur mentor ;

 

8. Perdent tous leurs contentieux dès que les juridictions compétentes se saisissent de leurs dérapages. C. Mencé-Caster vient de perdre sa 6e procédure contre les membres du CEREGMIA et a pourtant laissé derrière elle une facture de 800 000 euros de frais d’avocats à l’UA, seul "syphonage de fonds" constaté par le nouveau Président depuis son arrivée ;

 

9. Tous les deux vont se faire botter le cul par la justice, mais il faudra tout de même réparer leurs bêtises... 



Bonus

Sur Confiant, un certain Frédéric Dauphin écrivait déjà il y a quelques années (2005) : 

 

Objet : Raphaël Confiant, lâche parmi les lâches ?

 

Monsieur Raphaël Confiant, et si vous assumiez les propos calomnieux 

que vous propagez actuellement sur le Net ?

 

C'est facile de déverser la bile de votre pathétique pathologie de 

métis mal dans sa peau en vous abritant derrière un obscur 

collectif « Alizés.newsfact », il faut un minimum de courage, en 

revanche, pour oser signer de tels mensonges éhontés, de tels propos 

aussi haineux, torturés et malsains que vous-même. Courage que, cela 

va sans dire, vous n'avez pas.

 

Je ne vous laisserai pas proclamer de telles horreurs sans réagir. Et 

moi, contrairement à vous, je signe et j'assume mes propos.

 

Je ne relèverai que trois de vos plus récents « articles » (si on 

peut appeler ainsi ces navrants tissus d'âneries) afin de prouver à 

nos lecteurs à quel point vous leur mentez et combien vous les 

manipulez.

 

- Concernant la catastrophe aérienne de Maracaibo, tout d'abord. Vous 

accusez les experts aéronautiques de ne pas contrôler, je cite : « 

les avions fréquentant les aéroports antillo-guyanais avec le même 

sérieux que celui dont ils font preuve s'agissant des avions 

fréquentant les aéroports hexagonaux ».

 

Dois-je vous rappeler la catastrophe de l'année dernière de Charm el-

cheikh en Égypte, dans laquelle, si je ne m'abuse, il n'y avait nul 

Antillais ? Dois-je également vous rappeler que cet avion, d'une 

compagnie charter aussi obscure que la West Caribbean Airways, « 

fréquentait » un aéroport tout ce qu'il y a de plus « hexagonal » ?

 

Non, bien sûr, je ne vous le rappellerai pas : vous le savez 

parfaitement, mais vous l'omettez à dessein. À vous entendre, on 

croirait presque que c'est Paris qui aurait commandité cette 

catastrophe au nom du soi-disant « colonialisme » français — qui 

sait, peut-être, pour se débarrasser quelques nègres 

supplémentaires ? Vous n'avez vraiment aucune vergogne, aucune honte, 

d'oser vous servir ainsi du malheur des gens pour nourrir vos 

torchons (il n'y a pas d'autre mot). N'avez-vous donc rien à faire de 

vos journées ? 

 

 

(...)