Etats-Unis : Quand les candidats se tirent dans les pattes.

L'agitation se fait davantage ressentir autour des principaux candidats à l'approche des élections  présidentielles américaines.

 

Au cours des trois derniers jours, on le sait, plusieurs attaques djihadistes ont eu lieu sur le sol américain.

 

L’une a eu lieu à St Cloud, dans la banlieue de Minneapolis, les autres ont eu lieu à New York et sur la côte du New Jersey. Il y a des blessés, dont l’un dans un état très grave, mais pas de morts.

 

L’un des djihadistes, celui qui a blessé neuf personnes à St Cloud avant d’être abattu par un policier, était un réfugié somalien, l’autre, celui qui a posé une bombe dans le quartier de Chelsea à New York, une autre sur la vingt septième rue, à New York toujours, et une troisième dans le New Jersey, était un réfugié afghan.

 

Ces attaques viennent après d’autres attaques djihadistes plus sanglantes aux Etats-Unis, à San Bernardino et à Orlando. Elles coïncident avec des attaques djihadistes menées en Israël, et suivent des attaques djihadistes menées ailleurs, en particulier en France.

 

Elles rappellent une réalité qu’il ne faut jamais oublier : nous sommes en guerre, car l’islam radical a déclaré la guerre au monde occidental.

 

Elles rappellent aussi une autre réalité, qui ne doit pas être oubliée non plus : la guerre s’est exacerbée depuis que Barack Obama est Président des Etats Unis. Ce parce que Barack Obama a été souvent complice de l’islam radical.

 

Nous sommes à cinquante jours d’une élection présidentielle cruciale aux Etats Unis.

 

Le peuple américain a le choix entre d’une part, une femme qui incarne la continuation d’Obama, en pire, car en supplément d’avoir les mêmes idées islamo-gauchistes que ce dernier, elle est corrompue, viscéralement menteuse, et gravement malade, et d’autre part un homme qui incarne les valeurs de l’Amérique profonde et entend mener la guerre contre l’ennemi, jusqu’à la victoire.

 

La logique voudrait que la femme qui incarne la continuation d’Obama, en pire, soit écrasée et sorte de l’histoire par la porte de service, et que l’homme qui incarne les valeurs de l’Amérique profonde soit élu triomphalement.

 

Il n’est, à l’heure actuelle, pas certain que la logique soit respectée.

 

Les sondages état par état montrent que la femme, Hillary Clinton, garde des chances d’être élue, quand bien même l’homme, Donald Trump, est en phase ascendante, depuis que la femme, Hillary Clinton, s’est effondrée physiquement le 11 septembre à New York.

 

Lundi 19 septembre, la femme, Hillary Clinton, a prononcé un discours plus infect encore que tous les discours infects qu’elle a déjà prononcé, et a désigné le coupable des actes djihadistes, Donald Trump lui-même, en expliquant qu’il était par ses propos un agent recruteur du terrorisme. Elle n’a pas une seule fois accusé l’islam radical, pas une seule fois, non. Elle n’a pas même employé l’expression “terrorisme djihadiste”.

 

Alors qu’elle a commis des actes de haute trahison en mettant en circulation des documents classés “secret défense” sur un serveur internet non sécurisé, alors qu’elle a laissé assassiner des Américains à Benghazi, menti à leurs familles, fait obstruction à la justice en détruisant des preuves à charge, et perpétré divers autres crimes, c’est un homme qui n’a rien fait de tout cela qu’elle ose accuser pour les attaques djihadistes qui viennent d’avoir lieu !

 

La suite c'est ici sur dreuz.info.

Écrire commentaire

Commentaires: 0