Etats-Unis : Entre le pouvoir et la haine

Voilà le triste constat, face auquel nous sommes tenus d'assister, impuissants.

 

Les États-Unis sont sous le choc. Cinq policiers ont été abattus et sept autres blessés à Dallas dans une attaque perpétrée par au moins un tireur, qui a déclaré vouloir tuer des Blancs avant de périr vendredi dans l'intervention d'une force d'élite.

 

Ce déferlement de violence, sur fond de tensions racistes avivées, a semé le chaos dans cette grande ville du sud des Etats-Unis, où se tenait jeudi soir une manifestation en hommage à deux Noirs tués par la police dans deux autres régions du pays.

 

"Par respect pour les victimes de l'attaque (...) j'ordonne que le drapeau américain soit mis en berne à la Maison Blanche et sur tous les bâtiments publics, postes militaires et vaisseaux de la Marine" à travers les Etats-Unis, a annoncé Barack Obama dans une déclaration écrite, alors que cette attaque est la plus meurtrière pour les forces de l'ordre américaines depuis le 11-Septembre 2001.

 

Bilan, motivations, suspects... Voici ce que l'on sait de cet événement tragique a endeuillé la police de Dallas.

 

Que s'est-il passé ?

 

Les policiers ont été pris pour cible lors d'une manifestation au centre de Dallas vers 21 heures jeudi soir. Des centaines de manifestants, comme dans d'autres villes américaines, protestaient pacifiquement contre la mort de deux Noirs tués par la police ces derniers jours en Louisiane (sud) et dans le Minnesota (nord).

 

La police de Dallas - une ville d'1,2 million d'habitants - a peu après évoqué dans un communiqué "deux snipers opérant depuis des positions en hauteur". Des vidéos amateur ont capté des tirs nourris de fusil d'assaut, montré la foule s'enfuyant paniquée, et des policiers cherchant à se protéger derrière leurs voitures et aidant des collègues à terre.

 

La suite c'est ici sur huffingtonpost.fr.

Écrire commentaire

Commentaires: 0