Une brève immersion dans la personnalité du doyen "actuel" de l'UA.

Aujourd'hui Rachmabab à le plaisir de vous proposer de jeter un oeil sur l'un des éléments principaux du mauvais fonctionnement de notre institution.

 

Un rapport presque imaginaire du docteur Nimbus

« La haine n’est qu’une défaite de l’imagination », Graham Greene.

 

Ralf Gonflant (le nom est changé) est venu nous consulter à la demande de la justice après avoir fait l’objet de plusieurs plaintes portant sur des agressions à caractère raciste. C’est un homme dans la force de l’âge appartenant à la classe moyenne supérieure, un intellectuel qui exerce sa profession avec succès, tout en menant parallèlement une carrière artistique qui lui a conféré une renommée dépassant le cadre étroit de l’île où il est né et où s’est déroulée toute sa carrière.

Ce patient est métissé. Psychothérapeute mais jamais auparavant confronté à la pathologie du racisme, ce fait m’a tout d’abord surpris. Il me semblait qu’un métis devait moins que tout autre succomber à ce mal. N’est-il pas lui-même, fruit de l’union de plusieurs races, l’incarnation du caractère artificiel de leur séparation ?

 

Ici, nous devons une précision aux lecteurs qui s’insurgeront contre notre usage du mot « race », contraire à ce que nous enseigne la science, laquelle ignore la notion et ne reconnaît qu’une seule humanité. Force est de constater qu’il en va autrement pour le commun des mortels qui se fie à l’apparence physique et pour qui l’existence des races relève de l’évidence. Tel est en particulier le cas de Ralf Gonflant : il connaît le discours des savants et il est assez intelligent pour le comprendre intellectuellement mais cela reste sans effet sur ses convictions profondes. En cela il n’est donc pas différent de la plupart d’entre nous. Il n’y en a pas moins un gouffre entre celui qui persiste à croire ses propres yeux et le véritable « raciste ». Ce dernier n’est pas seulement persuadé que l’humanité est divisée en plusieurs races distinctes ; il croit que l’appartenance d’un individu à telle ou telle race le classe de facto dans une catégorie morale particulière. Par exemple : le juif est intelligent mais grippe-sous, le jaune est travailleur mais fourbe, le noir est aimable mais paresseux, le blanc est industrieux mais cruel. Ce gouffre, R.G. (nous l’appelons désormais, pour faire plus vite, par ses seules initiales) l’a franchi.

 

Il ressort tant des plaintes qui ont été déposées à son encontre que des propos qu’il a tenu en ma présence qu’il voue une véritable haine aux juifs et aux blancs, une détestation qui a pu le pousser jusqu’à employer la force physique contre un homme de race blanche, pourtant âgé et qui, au moins à ce titre, aurait dû mériter davantage d’égards.

 

La suite c'est ici sur madinin-art.net.

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Muriane (mardi, 31 mai 2016 21:44)

    C'est exactement le profil du névrosé décrit ici et qui est très proche de la Présidente de l'UA. Pourtant tous les deux poursuivent leur destruction de l'Université.

  • #2

    piednickley (mercredi, 01 juin 2016 04:44)

    Quand on parle de ce névrosé , il y a de quoi vous effrayer.
    Quand vous regardez le faciès de ce névrosé , vous avez l'impression qu'il revient d'un hôpital psychiatrique.
    Quand le trio : bertin-élisabeth , cmc et notre amoureux des caprins se rencontre , je ne peux m'empêcher de penser : tous ceux qui se ressemblent ,s'assemblent.

  • #3

    djaméla (vendredi, 03 juin 2016 04:09)

    J'ai fui l'ua pour m'inscrire dans une autre université.PAS PHOTO AVEC CELLE DE LA MARTINIQUE
    Pour cause confiant est répugnant , l'équipe qui dirige l'ua n'a aucun tonus , aucun charisme ?ELLE EST FADE.Incapable de faire un projet , se greffant sur des projets d'association pour faire croire.... QUOI???
    cmc se sachant incompétente pour diriger l'ua et ne voulant pas être désavouée a écarté les 2 universitaires du Ceregmia.
    Que sonne le glas de ces illuminés!!!!!!!!!!!!!!!