La créolade du jour... de R. Confiant

Le terme “ créole ” : étymologie et histoire.

 

Ce point est le plus important peut-être car il illustre parfaitement à la fois la psychologie et les méthodes de R. Confiant. 

A la lecture de ses écrits on voit clairement que R. Confiant a été traumatisé par un épisode survenu il y a quelques années. Une publication locale a en effet reproduit côte à côte un portrait de Joséphine de Beauharnais, “ la belle Créole ” (comme il le rappelle lui-même, page 24) et une photo de R. Confiant, malicieusement intitulée, “ le beau Créole ”.. Toute la Martinique en a ri, sauf R. Confiant naturellement, car dans la nomenclature locale (qu’elle soit fondée ou non; nous allons y venir), R. Confiant n’est pas, de toute évidence, un créole au sens martiniquais traditionnel du terme.

 

Venons en à ce terme. Quoique R. Confiant cite, dans sa bibliographie, mon livre de 1992 sur la créolisation linguistique et culturelle, il est clair qu’il ne l’a pas lu. Il pourrait certes être en désaccord sur mes points de vue, mais il est impossible d’en refuser les ÉLÉMENTS OBJECTIFS abondants sur l’histoire et le sens du mot “ créole ”. 

Là encore, on ne peut réfuter tous les passages où il revient sur ce thème, chez lui obsessionnel pour des raisons qui tiennent sans doute à son histoire personnelle.

 

Prenons donc le point de départ :

 

“ Par quel tour de passe-passe sémantique le qualificatif anthropologique de “ créole ” en est-il venu à désigner les seuls “ Békés ” alors que très tôt - c’est-à-dire dès son apparition en espagnol à la fin du 15e siècle - sous la forme “ criollo ” laquelle a ensuite été francisée - il a signifié “ Né et élevé aux Amérique ” sans caractérisation raciale particulière. Que ce soit chez le Père Labat en 1694 ‘“ Le nègre qu’on m’avoit donné étoit créole ” Nouveau Voyage aux Isles de l’Amérique p 81) , chez Victor Schoelcher en 1878 [... je saute des références inutiles ici puisque nous débattons de l’origine et du sens initial du mot qui, ensuite, selon les lieux a pris des sens divers ; cf. R. Chaudenson, 1973, 1974, 1992; 2001)] ce terme a pourtant été constamment utilisé dans son acception originelle. ” (pages 24-25).

 

Le plus simple est de suivre le texte pas à pas pour y examiner successivement les ignorances et/ou les mensonges de R. Confiant. Ils portent sur un point capital de son travail, comme il le souligne lui même en citant J. Bernabé : “ C’est donc au coeur même de l’étymologie du mot créole que semble prendre source le paradoxe ” (Bernabé, 1995 : 25 cité in Confiant, page 29). 

 

Si ce point est si important, il mérite d’être examiné de près.

 

Sur l’histoire même du mot “ créole  ”, il y a depuis 1963, une référence incontournable que naturellement R. Confiant ignore. Il s’agit de l’étude qu’en a fait R. Arveiller dans sa Contribution à l’étude des termes de voyage en français (1505-1722), Paris, D’Artrey, pp. 204-208. Je la cite bien entendu dans mon livre que Confiant est censé avoir lu.

 

Selon R. Arveiller à qui on peut faire une confiance aveugle en raison du soin extrême de ses travaux et son érudition immense, la prremière attestation, en espagnol semble-t-il, ne remonte nullement à la fin du XVe siècle, mais plutôt au deuxième quart du XVIIe siècle. Ce point est mineur ; il vise juste à montrer que R. Confiant dit n’importe quoi avec assurance, mais, comme toujours sans la moindre référence (Rappelons que nous somme en présence d’une thèse et non d’un article de Grif an Tè). La première attestation en français (emprunt à l’espagnol sous la forme “ crollo ”) est donc de 1598 selon R. Arveiller qui suit sur ce point Dauzat (1983 : 204).

 

Le gros mensonge est le suivant : le mot signifierait, en espagnol, “ “ Né et élevé aux Amérique ” sans caractérisation raciale particulière. [souligné par moi] ” (page 25). Or,TOUTES LES ATTESTATIONS anciennes du mot indique que ce mot s’applique à des Blancs nés aux Indes (entendre par là en Amérique ou aux Isles). Il suffit d’ailleurs de citer la jolie définition latine donnée dans un Dictionnaire espagnol ancien : “ Indus patria, Hispanus genere ”. Traduisons le latin pour R. Confiant : “ Indien par la patrie [le lieu de naissance], Espagnol par la race ”. R. Arveiller (1963) puis moi-même (1992) avons  souligné ce point par des attestations innombrables et je juge inutile d’y insister. La falsification est patente car sauf à n’avoir jamais lu une ligne sur ces questions, R. Confiant ne peut pas ne pas le savoir. Ce sens sera repris d’ailleurs par les premiers dictionnaires français. Je laisse ici de côté les évolutions du mot que j’ai longuement étudiées dans les divers contextes (Cf. R. Chaudenson, 1992, 2001).

 

Poursuivons la lecture du texte de Confiant. Comme toujours la référence de Labat (dans le texte comme dans la bibliographie) est fausse ; ce n’est pas 1694 mais 1722. Cette falsification n’est pas innocente me semble-t-il, car elle contribue à rapprocher la citation de plus d’un quart de siècle du peuplement de l’île. J’ai moi-même expliqué depuis longtemps comment dans le terme “ créole ” l’élément sémantique d’“indigénéité ” a conduit à étendre son usage à des non-Blancs puisque le petit nombre de femmes européennes faisait que la plupart des enfants ne pouvaient être “ de pure race blanche  ”. La citation de Labat, quand on lui donne sa vraie date (1722) n’ a donc rien de remarquable et il en est d’antérieures. 

 

L’acception “ originelle ” que propose R. Confiant est donc TOTALEMENT fausse. Tout cela, répétons le une dernière fois, figure dans une thèse qui a valu à son auteur le titre de docteur et lui a permis de devenir enseignant d’université. Tout cela est extrêmement grave et il m’a paru nécessaire de me livrer à ce travail, même si, selon moi, un tel ouvrage ne mérite nullement la peine et le temps que j’ai consacrés à sa lecture.

 

C'est ici

Écrire commentaire

Commentaires: 14
  • #1

    Claude (vendredi, 15 avril 2016 04:00)

    Le texte est bon et illarant mais pas mal de fautes d'orthographe.

  • #2

    Muriane (vendredi, 15 avril 2016 18:46)

    Un Professeur en Licence m'avait nous avait parlé de ce travail du Professeur Chaudensson à partir de la thèse de Confiant. Je n'avais tout compris parce qu'il riait trop souvent ainsi que les autres étudiants.

  • #3

    Minouche (samedi, 16 avril 2016 05:16)

    Et dire que ce voyou de confiant, face de pustules qui a échoué à l'ua en bénéficiant de la complicité de ceux que vous savez se disait monsieur toutiste.
    en fait il n'est ni géographe, ni historien, ni économiste ni linguiste.
    Mais rabaissons nous afin de dire comment nous le percevons :
    écrivain basse gamme (avec ses haricots, et ses flatulences.)
    vaurien à la diarrhée verbale.
    une tête à pustules qui incarne le diable.
    un poltron que F.C peut faire courir.
    C'est une peau d"ail sans odeur

  • #4

    samanthaIl (samedi, 16 avril 2016 14:32)

    Confiant face de pustules s'indigne sur son torchon de montray cr.......que des tracts seraient distribués par des étudiants du CEREGMIA et un prof retraité de l'ua pour montrer leur hostilité à a m-j?
    Quel toupet ! C'est vraiment un voyou ce confiant face de pustules.JE LUI RAPPELLE:
    Qu'il oublie qu'il a fait PIRE que cela :
    -mobiliser des étudiants pour envahir l'ex conseil régional avec la complicité de : cmc, sandrine saint aimé et louis boutrin.
    -organiser un défilé dans les rues de la ville capitale avec des étudiants pour déstabiliser le ceregmia.
    -faire appel à la population à manifester plusieurs fois , même à l'Assemblée Nationale dans le cadre de l'ua.
    -envahir avec des illuminés comme lui le bureau du Procureur
    Et j'en passe, et j'en passe et j'en passe
    - fait un appel pour barrer l'entrée de l'ua avec symphor en tête et et 3 femmes folles.
    -étoudir les auditeurs d'une radio indépendantiste( située à Rivière Pilote) en fabulant.
    Que confiant face de pustules arrête ses balivernes.
    Il a la bouche, le bec, le museau, le groin SALES.
    Ce malade et voyou de confiant ne passera pas tout son temps à tromper la population martiniquaise.
    la population martiniquaise trouve ce créolidad de plus en plus insignifiant et Alfred M-J sait très bien les raisons pour lesquelles il ne l'a pas retenu sur sa liste pour qu'il soit un élu de la CTM.

  • #5

    salomé (lundi, 18 avril 2016 05:21)

    j'ai toujours considéré face de pustules comme un homme hyper dangereux , mafioso.
    Il parle de distribution de tracts au sein de l'ua.
    C'est un menteur , un voyou qui déjà été condamné (cours de créole à trénelle,...je vais dire à ta maman que tu n'es pas vierge...)
    Quand je le vois à l'ua avec les gens de son bord je me dis :tous ceux qui se ressemblent s'assemblent

  • #6

    keliane (mercredi, 20 avril 2016 15:02)

    cmc et confiant face de pustules sont TING et BANG (fesses et bonda).
    Je suppose que leur deal est le suivant: corinne , je t'écris tes livres et je te démonte par pièces le directeur du ceregmia.

  • #7

    djaméla (mercredi, 20 avril 2016 15:04)

    A l'ua nous avons compris la stratégie de ce couple diabolique.
    Nous ne sommes pas des Tèbès.

  • #8

    aïdan (mercredi, 20 avril 2016 15:18)

    Pourquoi cet acharnement sur le ceregmia?
    Parce que le directeur est le seul à l'ua à affronter et à faire avec la présidente et confiant face de pustules comme une crèpe.

  • #9

    taïra (mercredi, 20 avril 2016 15:26)

    SOLIDE ! SOLIDE ! SOLIDE ! COSTAUD ! COSTAUD ! le directeur du ceregmia.

  • #10

    sullivan (mercredi, 20 avril 2016 15:44)

    On dit que le directeur du ceregmia est du Vauclin et bouffait :
    - des oeufs de tortue , des filets de tortue , du pâté en pot de tortue.
    - des tête de requin à l'étouffée.
    -des oeufs d'oursins crus au citron .
    -des blaffs d'oursins
    - des têtes de chadrons rôtis.
    -des têtes de requins à l'étouffée.
    -des langoustes, tourteaux lambis , chatrou.....
    Je vous assure que le directeur du ceregmia a un TIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIGRE (tiiiiiiiiiiiiiiigre ) dans son MOTEUR.

  • #11

    quentin (mercredi, 20 avril 2016 15:50)

    Je comprends pourquoi confiant face de pustules à peur de Célimène, je comprends pourquoi tous les CAPONS de l'ua veulent le démonter moralement.
    Je pense qu'il faut être costaud pour le démonter.


  • #12

    youran (mercredi, 20 avril 2016 15:56)

    J'aimerais bien voir le directeur du Ceregmia dans un ring (le coq gros sirop ) avec les coquelets comme confiant face de pustules, symphor , le petit vieux retardé mental , rené dorville, arethas , corinne-m-c , suzy sorel, térèse léotin , chantal beaucelin..)
    Moi, je mise sur le coq gros sirop.

  • #13

    eliajel (jeudi, 21 avril 2016 14:17)

    Frère! je mise sur le coq Gros Sirop.
    Que se soit en groupe ou en ordre dispersé , Gros Sirop les descend tous. LOl

  • #14

    curtis (jeudi, 21 avril 2016 14:34)

    Ce confiant gros con à face de pustules risque de se faire dévorer le cul par son amie térèse léotin.
    cette petite poétesse se plaint ( à qui veut l'entendre )d'une médaille et d'une reconnaissance qu'elle ne voit pas poindre à l'horizon.
    Ah ! la pleurnicheuse.
    il fallait te garder de dire du mal de confiant le con face de pustules et de Lucrèce André.
    Ils t'auraient écrit un livre pour te donner une chance d'être médaillée.
    Ta Céééééééééééééééééééééééééééééééééééééééélébrité sera à titre POSTHUME , petite arriviste.
    Face de pustules savoure ta déception ! N'oublie pas que ta langue était bourrée de venin de serpent quand tu parlais de lui à mes tantes.