Peut on parler de normalisation des relations entre les Etats-Unis et Cuba ?

Peut-on parler de normalisation des relations entre Cuba et les Etats-Unis ?

 

            SL : Il est trop tôt pour parler de normalisation des relations bilatérales entre les deux pays pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les sanctions économiques qui étouffent la population cubaine sont toujours en vigueur. Elles constituent le principal obstacle à la normalisation des rapports entre les deux nations. Elles suscitent l’opprobre de la communauté internationale car elles affectent les secteurs les plus fragiles de la société, à savoir les personnes âgées et les enfants malades qui ne peuvent bénéficier de traitements uniquement vendus par des multinationales pharmaceutiques étasuniennes.

            De la même manière, Washington doit abroger la loi d’Ajustement cubain qui stipule que tout Cubain qui émigre légalement ou illégalement, pacifiquement ou par la violence, vers les Etats-Unis obtient automatiquement le statut de résident permanent au bout d’un an et un jour, ainsi que diverses aides sociales. Il faut savoir que, dans le même temps, les Etats-Unis limitent le nombre de visas accordés aux candidats au départ. Cette législation fomente donc l’émigration illégale et dangereuse et contribue au pillage du capital humain de Cuba, tout en alimentant les réseaux criminels qui vivent du trafic d’êtres humains.

            Par ailleurs, pour parler de normalisation totale, Washington doit rendre la base navale de Guantanamo aux Cubains. Il faut savoir que cette portion du territoire de l’île est occupée de manière illégale depuis plus d’un siècle contre la volonté du peuple cubain.

            Les Etats-Unis doivent également mettre un terme à leur politique de financement de l’opposition interne à Cuba. A ce jour, Washington alloue 20 millions de dollars par an à la dissidence afin d’obtenir un « changement de régime ».

            Enfin, Cuba exige l’arrêt des transmissions de Radio et TV dont le but est de subvertir l’ordre établi.

 

C'est dans l'Humanité : ici

Écrire commentaire

Commentaires: 0