Comment Air France nous...

«Notre mission est de maximiser la recette par passager», annonce Stéphane Ormand, responsable Revenue management et pricing chez Air France, une armée de 220 as de l'informatique qui moulinent les 3,7 millions de tarifs pour 80 millions de passagers par an. L'affaire est donc sérieuse.

Du simple au triple

Elle commence par une analyse de chaque vol. On connaît la capacité de l'appareil, ses rotations et le profil des passagers. «Le lundi matin, entre Paris et Genève, nous savons que 80 % de la clientèle voyage pour ses affaires. Le jeudi après-midi, la même proportion vole pour des raisons d'agrément», explique Stéphane Ormand. S'ajoutent des considérations statistiques: les prudents qui réservent très à l'avance, les tenants de la dernière minute, les urgences, ceux que la promotion décidera…

Lola je t'avais dit qu'il nous arnaque ces gars là... La suite est

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Micheline (samedi, 12 mars 2016 14:46)

    Il faut vraiment plus de concurence dans le transport aérien.